L’acquisition de drones iraniens par le polisario représente un acte d’agression et une menace sérieuse pour la sécurité du Maroc

Dans un éditorial publié récemment sur le magazine “Military.africa”, le journaliste et consultant anglais Kieran Baker, met en exergue les inquiétudes de plus en plus grandissante quant à l’infiltration de l’Iran au Sahel et en Afrique du Nord.

Alors que l’intention de la Communauté internationale est concentrée sur la guerre en Ukraine, L’Iran en profite pour appuyer en armes les milices et les entités non étatiques, à l’instar des séparatistes du front polisario, pour menacer sérieusement la sécurité nationale du Maroc.

L’article, intitulé « La présence de drones iraniens à la frontière marocaine, source d’inquiétude ? », rappelle que l’Iran, qui a toujours soutenu le Hezbollah au Liban et les Houthis au Yémen, supporte en armes et en formation les milices de la région en accointance avec les autorités régionales telles que l’Algérie.

Ceci, estime l’auteur, suscite l’inquiétude des régimes de la région qui craignent que le soutien et l’équipement fournis par l’Iran aux individus et d’autres acteurs malveillants Nord-africains ne conduisent à davantage d’instabilité, ce qui représente, selon lui, une escalade significative de leurs capacités offensives, notamment celles de la milice armée du polisario.

Le Royaume du Maroc, l’un des plus anciens alliés des États-Unis dans la région, a alerté à plusieurs occasions sur la menace que représente la vente de drones iraniens à l’Algérie, exprimant les inquiétudes de Rabat autour des ces appareils qui peuvent être utilisés pour la surveillance, la reconnaissance et le renseignement sur le déploiement de l’armée marocaine.

Fin 2022, le Maroc a dénoncé la nouvelle alliance entre l’Iran et l’Algérie, confirmée par des déclarations d’officiels iraniens et de dirigeants du polisario sur la vente de drones à l’Algérie dans le cadre d’importants contrats d’armement.

Brahim Ghali, Chef présumé du polisario avait menacé, en fin de l’année dernière, d’utiliser des drones militaires, de fabrication iranienne, contre les Forces Armées Royales, dans le cadre d’une guerre d’usure contre le Maroc.

Dans ce contexte, le magazine “Military.africa” averti, sur l’axe malicieux de l’Algérie-Iran, dans sa relation avec le Maroc et le polisario. Cette alliance a besoin de plus d’attention de la part des États-Unis et d’autres pays qui sont appelés à considérer les séparatistes du polisario comme étant une milice déléguée de l’Iran et de l’Algérie. Ces derniers sont en train de renforcer leurs capacités pour menacer et attaquer un allié américain.

Il existe, par conséquent, un réel danger si les avertissements du Maroc concernant le déploiement de drones iraniens à ses frontières ne soient pas entendus. L’axe Iran-Algérie continuerait alors de croître et deviendrait plus dangereux et plus influent dans la région.

Sangiza abandi iyi nkuru

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Solve : *
34 ⁄ 17 =