Consciente de ses droits Muhayimana Emma Marie a developpé sa famille

Les amoureux, Muhayimana Emma Marie et son époux Kayigamba Elifase

MUHAYIMANA Emma Marie et son époux Kayigamba Elifase, se félicitent du développement intégral de leur famille suite à une bonne compréhension de la politique du genre.

La famille MUHAYIMANA et KAYIGAMBA habitent dans le secteur Nyarugenge du district de Bugesera en province de l’Est du Rwanda. Leur ménage jouit du développement qui fait leur fierté. Ils indiquent que ce bien être familial est le résultat d’une formation donnée par le projet « Hinga Weze » littéralement agriculture florissante.

Ce projet a été initié par l’agence rwandaise chargée de l’agriculture en partenariat avec l’Agence des États-Unis pour le développement international. Ce projet couvre 10 districts du pays où il profite à plus de 530 mille agriculteurs.

Muhayimana indique que la formation assurée par ce projet « Hinga Weze »  a mieux éclairé leur famille quant à la compréhension de la politique du genre. Avant cette formation Muhayimana voyait son mari dilapider les biens de la famille sans se soucier de quoi que ce soit. Elle ajoute que les décisions relatives à la vie du ménage étaient exclusivement prises par l’homme à tort et à raison.

Madame Muhayimana n’avait pas droit à la parole, elle ne pouvait pas donner du conseil à son époux. En conséquence le développement de la famille était toujours lent car les revenus étaient souvent mal gérés.
Avec la formation du projet « Hinga Weze », la mentalité de Kayigamba Elifase, époux de Muhayimana, a évolué. Il ne se sent plus supérieur à sa femme mais reconnait plutôt ses droits, il lui prête une oreille attentive et se laisse conseillé par elle. Tout chez eux se fait en pleine complémentarité.

Vaquer aux travaux domestiques ne complexe Kayigamba en rien

« L’homme exemplaire »  c’est le thème central autour du quel était centré la formation dont Kayigamba a bénéficié. Grâce à elle, il a pu se débarrasser de certains tabous et interdits résultant des pratiques traditionnelles. « Nous avons appris que les travaux domestiques ne sont pas le propre de la femme. Avant je me disais que faire la cuisine, assurer la propreté de la maison et que sais je encore ne me concernaient en rien mais aujourd’hui j’assiste mon épouse dans tous ces travaux sans aucun complexe. J’ai fini par comprendre que l’égalité du genre implique la complémentarité homme –femme au travail comme à la maison. Il n’y a pas de travail réservé à l’homme ou à la femme. »

Beaucoup de réalisations grâce à la complémentarité

La famille MUHAYIMANA et KAYIGAMBA compte déjà une maison commercial au centre de Ruhuha dans le district de Bugesera éclairée avec énergie solaire. Après 20 ans de mariage, cette famille a pu multiplier par quatre les biens de départ avec notamment une agriculture florissante de légumes et d’autres produits vivriers.

Ravie de l’entente cordiale avec son mari Muhayimana Emma Marie déclare : « aujourd’hui il ne peut rien faire sans me consulter, c’est vraiment appréciable ». Pour sa part Kayigamba affirme que l’homme qui jouit de la clairvoyance et des conseils de son épouse n’a rien à se reprocher car tout contribue au bien de la famille.

Cette famille exemplaire fustige par ailleurs l’attitude de certaines femmes qui s’appuient sur la politique de l’égalité du genre et méprisent leurs maris précisant que le manque de respect entre conjoints handicapent plutôt le développement familial.

Sangiza abandi iyi nkuru

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Solve : *
32 ⁄ 16 =