La faible souscription à l’assurance bétail inquiète les experts

Le nombre de vaches a augmenté régulièrement de 813 417 en 1992 à 1 449 888 en 2020. Photo: thebridge.rw

Malgré la population croissante du bétail au Rwanda, la faible utilisation de l’assurance pourrait éroder les gains d’après les experts des services vétérinaires et du secteur des assurances.

Les statistiques montrent que le nombre de chèvres est passé à 2 844 001 en 2020 contre 1 891 612 en 1992, tandis que la population de porcs a quintuplé, de 244 980 porcs en 1992 à 1 441 077 porcs en 2020.

La population de poulets du Rwanda a augmenté de 9 pour cent par an, passant de 3,5 millions en 2010 à plus de 7,6 millions.

Le nombre de vaches a augmenté régulièrement de 813 417 en 1992 à 1 449 888 en 2020.

Cependant, selon Solange Uwituze, directrice générale adjointe en charge de la recherche en ressources animales et du transfert de technologie à l’Agence rwandaise de développement de l’agriculture (RAB), seules les vaches laitières, les porcs et les poulets bénéficient d’une assurance bétail subventionnée.

Elle indique que depuis 2019, seuls 44 221 vaches laitières, 3 020 porcs et 208 749 poulets ont été assurés, un régime dans lequel le gouvernement a investi 457,3 millions de Frw.

Le gouvernement subventionne le coût à 40 pour cent.

La faible utilisation de l’assurance bétail pourrait menacer les revenus des agriculteurs, ont déclaré des responsables.
Par ailleurs les porcs et les poulets sont jugés trop vulnérables, sujets à des maladies mortelles.

« Nous formons des acteurs clés du secteur de l’assurance tels que des vétérinaires, des responsables de stations de recherche et des compagnies d’assurance, entre autres, pour connaître l’état actuel et les défis après deux ans, car il y a une très faible utilisation de l’assurance bétail. Cela nous aidera à savoir où nous devrions faire plus d’efforts », a indiqué Solange Uwituze.

Elle a ajouté qu’il reste encore à sensibiliser les agriculteurs étant donné que très peu d’entre eux ont compris le rôle de l’assurance récolte et bétail.

« Les agriculteurs devraient apprendre des autres agriculteurs qui ont assuré leur bétail pour évaluer comment cela fonctionne et leur profite », a-t-elle conseillé.

Jusqu’à présent, a-t-elle déclaré, le gouvernement travaille avec cinq sociétés d’assurance qui proposent des produits d’assurance récolte et bétail.

Le gouvernement cherche à assurer 10% du bétail au cours de l’exercice 2021/22 avec des subventions.
Retards d’indemnisation.

Uwituze a déclaré que les retards dans l’indemnisation des agriculteurs dans le cadre du programme étaient décourageants, ajoutant que le problème était en train d’être résolu.

« Nous avions prévu que les agriculteurs soient indemnisés dans les 15 jours lorsque leur bétail meurt. Mais cela n’a pas été fait. Nous devons garantir une indemnisation en temps opportun aux agriculteurs touchés », dit Uwituze.

Emmanuel Irankunda, responsable de l’assurance récolte et bétail à l’UAP Rwanda, a déclaré qu’une indemnisation en temps opportun avait été assurée, ajoutant que les agriculteurs devraient être payés dans les 15 jours.

Il a dit que la société avait commencé à travailler avec le gouvernement au cours de l’année en cours dans le cadre du régime subventionné, mais avait introduit un régime d’assurance agricole il y a 10 ans, ajoutant cependant que l’adoption était toujours faible.

« A partir de juillet, nous avons reçu des demandes de 172 vaches à assurer, 70 000 poulets et 300 porcs. En 2019/2020, nous avions assuré plus de 9 000 vaches et 90 000 poulets », a-t-il informé.

Jean de Dieu Niyitanga, le vétérinaire du district de Rwamagana a déclaré que 832 vaches, 8 000 poulets et 700 porcs étaient assurés au cours de l’exercice 2020/21.

« Cette année, 1 200 vaches, 150 000 poulets et 2 000 porcs seront assurés. Les maladies mortelles devraient servir de leçon aux agriculteurs », a-t-il ajouté.

Sangiza abandi iyi nkuru

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Solve : *
4 − 2 =