Le Maroc rejette les accusations infondées de l’Algérie sur la soi-disant « confiscation de sièges de ses représentations diplomatiques au Maroc ».

Le Maroc a affirmé, le 18/03/20224,  qu’il ” n’a jamais été dans une logique d’escalade ou de provocation ” avec l’Algérie et a démenti les plaintes du pays voisin qui accusait Rabat d’avoir “un projet de confiscation” des locaux de son ambassade dans la capitale marocaine.

Des responsables marocains, ont indiqué que ni l’ambassade d’Algérie ni la résidence de l’ambassadeur, situées avenue Mohammed VI, n’ont été touchées, “elles n’ont fait l’objet d’aucune mesure” et sont protégées par les autorités marocaines.

Ils ont, également,  souligné que le local faisant l’objet des plaintes de l’Algérie est “un bâtiment vide qui n’est pas utilisé” et qui est adjacent au siège du Ministère Marocain des Affaires Etrangères, et ont ajouté que ce local faisait l’objet de discussions avec les autorités algériennes depuis un an et demi pour l’acheter.

En effet, dès janvier 2022, le Ministère Marocain des Affaires Etrangères a fait part, officiellement et à plusieurs reprises, aux autorités algériennes, du souhait de l’Etat marocain de se porter acquéreur dudit local, à l’amiable. Le Consul Général d’Algérie à Casablanca a été reçu au Ministère, à ce sujet, pas moins de 4 fois. En outre, 8 écrits officiels ont été transmis aux autorités algériennes, lesquelles ont répondu par pas moins de 5 écrits officiels.

D’ailleurs, dans deux de leurs écrits, les autorités algériennes ont répondu à l’offre marocaine en indiquant qu’une « évaluation domaniale de ces biens est en cours et qu’elle communiquera ses conclusions dès finalisation », avant d’ajouter que « la libération des locaux et le déménagement de son contenu se fera en respect des usages diplomatiques une fois l’opération de vente dument concrétisée ».

Dans un autre registre, les autorités algériennes ont, également, informé par écrit, qu’elles « ont décidé d’engager une procédure d’expropriation pour cause d’utilité publique de certaines propriétés de la zone près du palais du peuple à Alger, et par conséquent de reprendre possession de la résidence de l’ambassadeur de la mission marocaine ».

Le Maroc affirme que contrairement aux approximations contenues dans le communiqué du Ministère Algérien des Affaires Etrangères, le Royaume assume pleinement ses responsabilités et obligations découlant de la Convention de Vienne de 1961 sur les relations diplomatiques.

Même si les relations diplomatiques ont été rompues par décision unilatérale prise par l’Algérie le 24 août 2021, le Maroc assume ses responsabilités et se conforme à ses devoirs découlant des règles et des us et coutumes diplomatiques.

De ce fait, les propriétés de l’Etat algérien qui n’accueillent plus de locaux diplomatiques ou consulaires et ne jouissent plus des privilèges et immunités prévues par le droit international, demeurent respectées et protégées par la loi marocaine, dans les conditions générales applicables au droit de la propriété au Maroc.

Le Maroc n’a jamais été dans une logique d’escalade ou de provocation. Le Royaume a toujours œuvré pour préserver une relation de bon voisinage entre les deux pays et de fraternité entre les deux peuples.

Sangiza abandi iyi nkuru

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Solve : *
13 × 24 =